livraison standard offerte

IN BUSHIDO WE TRUST

ūüééLe Japon moderne est un pays unique qui combine de mani√®re fantaisiste des traditions s√©culaires et des technologies modernes. D’anciens temples se dressent fi√®rement √† c√īt√© d’√©tonnants gratte-ciel.

C’est pourquoi les samoura√Įs au Japon suscitent toujours un vif int√©r√™t. Les histoires de ce peuple √©tonnant et fier sont fermement ancr√©es non seulement dans la culture orientale mais aussi dans la culture occidentale.

Mais avant de se pencher sur l’histoire et la culture du pays au soleil couchant, on va d’abord se focaliser sur la personne du Samourai Japonais.

Qu’est ce qu’un Samoura√Į Japonais ?

Signification du Samourai Japonais :

Le nom de la guerre ¬ę¬†samoura√Į¬†¬Ľ est apparu comme un d√©riv√© du verbe šĺć„ĀĶ ¬ę¬†saburau¬†¬Ľ, qui signifie action – ¬ę¬†servir¬†¬Ľ, traduction – un serviteur.

La premi√®re mention d’eux appara√ģt dans le Japon m√©di√©val sous le r√®gne du Shogun Minamoto, au XIIe si√®cle. Ces temps √©tant d√©crits comme une √©poque relativement pacifique, le nombre de samoura√Įs √©tait faible et les guerres elles-m√™mes √©taient plus pacifiques, c’est-√†-dire l’√©ducation des enfants et l’enseignement des arts martiaux.‚öĒ

Lorsque le clan Tokugawa Shogun japonais est arriv√© au pouvoir, la position des samoura√Įs a √©t√© radicalement chang√©e. Leur nombre a augment√© et ils ont eu leur propre code d’honneur, dans lequel la place principale √©tait occup√©e par la loi Bushido. En la suivant, un samoura√Į doit se soucier de la vie et de l’honneur de son ma√ģtre et ob√©ir sans condition, ainsi que ne pas √©pargner sa vie pour son ma√ģtre.

Les premiers samoura√Įs √©taient donc des gardes du corps et de fid√®les serviteurs. Il est mentionn√© qu’en temps de paix, ils ont √©t√© remplac√©s par des forces de police. Pour l’accomplissement honn√™te de leurs t√Ęches, ils ont re√ßu un bon salaire et des parcelles de terre, devenant ainsi des gens riches.

Au XVIIe si√®cle, les domaines des samoura√Įs avaient √©t√© form√©s et divis√©s :

ūüź≤- Les Hatamoto √©taient des vassaux du Shogun, une couche privil√©gi√©e.

ūüź≤- Les Daimyo sont les vassaux des princes..

ūüź≤- Les Ronins – des guerres qui ont perdu leur ma√ģtre, mais qui ne sont pas tomb√©es au combat, sont devenus des citadins et des artisans.

ūüź≤- Shinobi – l’√©quivalent japonais du ninja, tueurs √† gages.

Mais¬†vers¬†la fin du XVIIIe si√®cle, le domaine des samoura√Įs commen√ßait √† se d√©sint√©grer sous l’effet des progr√®s de la bourgeoisie japonaise. La plupart se sont transform√©s en agriculteurs, en commer√ßants, certains sont entr√©s dans des cultes religieux, une petite partie des dissidents sont morts en √©meutiers.

L’√©ducation et la formation des samoura√Įs…

Samourai Japonais

Comme les samoura√Įs au Japon √©taient de grands personnages l√©gendaires, et qu’avant de se coucher leurs parents leur racontaient des contes et des histoires, d√®s leur plus jeune √Ęge ils voulaient √™tre comme eux, tout aussi courageux et braves. Les enfants samoura√Įs √©taient fiers de leurs p√®res et essayaient de grandir dans le respect de leur famille et de leur tradition.

Pour √©lever un tel guerrier, il √©tait n√©cessaire de d√©velopper un processus √† plusieurs niveaux d√®s les premi√®res ann√©es.ūü߆

En lisant le code des samoura√Įs, les enfants √©taient √©lev√©s dans l’ob√©issance inconditionnelle √† l’a√ģn√© et dans la confiance totale que l’homme √©tait le seul chef de famille. La technique √©tait de tisser des r√®gles strictes de discipline et de conduite qui ne peuvent √™tre enfreintes.

L’histoire a conserv√© une description de la fa√ßon dont les petits samoura√Įs Japonais ont √©t√© √©lev√©s pour faire face aux dures √©preuves √† venir. En plus de la ma√ģtrise obligatoire des diff√©rents arts martiaux, il √©tait jug√© n√©cessaire de ma√ģtriser pleinement son propre corps et son propre esprit. Les guerriers doivent endurer la douleur sans pour autant d√©voiler leurs sentiments par des g√©missements ou d’autres signes. Il fallait aussi ob√©ir √† l’ordre de l’a√ģn√© avec calme et dignit√©.

Au Moyen-√āge, les gar√ßons √©taient soumis √† des tests d’endurance. Par exemple, quelques jours, ils s’asseyaient dans une chambre froide, dans l’obscurit√©, et avaient faim, mais ne se permettaient pas une seule plainte. Certains p√®res pouvaient obliger leurs fils √† passer des nuits au cimeti√®re, √† rester √©veill√©s, √† marcher sans chaussures par temps froid ou √† faire des travaux difficiles.

L’√Ęge le plus important o√Ļ un enfant √©tait d√©j√† consid√©r√© comme un futur guerrier est 5 ans apr√®s la pr√©sentation d’un sabre de samoura√Į Bokkan. √Ä partir de ce moment, un entra√ģnement actif √† l’escrime et √† l’autod√©fense ainsi qu’√† la natation et √† la selle commence.

Comme un samoura√Į est proche de son ma√ģtre, il doit √™tre alphab√©tis√©, √©crire magnifiquement et correctement, conna√ģtre l’histoire et la litt√©rature de son pays pour soutenir tout dialogue. Il est √©galement souhaitable d’avoir une connaissance de la musique, de la philosophie et de tout m√©tier pour se nourrir et nourrir sa famille.

Apr√®s ce long voyage, √† l’√Ęge de 15 ans, le gar√ßon est devenu un guerrier, c’est-√†-dire un samoura√Į.

L’image d’un Nouveau Jeune samoura√Į Japonais :

Samourai-Japonais

Samourai Japonais Connu : C√©l√®bres Samoura√Į de l’histoire Japonaise…

Samourai Japonais

Aujourd’hui, il semble que les samoura√Įs soient des personnages de contes lointains, mais au Japon, ils se souviennent et honorent des guerriers c√©l√®bres :

  • Taira No Kiyomori¬†(1118 – 1181)¬†fut le cr√©ateur du premier syst√®me administratif et fut en m√™me temps un guerrier politique qui r√©ussit √† r√©primer le soul√®vement, √† se placer √† la t√™te de 2 clans guerriers √† Kyoto. Plus tard, il a pu se rapprocher de l’empereur Takakura et participer activement √† la transmission du tr√īne √† son petit-fils.

Taira No Kiyomori

Peinture de Taira no Kiyomori
.
  • Bankei (1155 – 1189)¬†est un amoureux des enfants et un h√©ros du folklore japonais, le d√©crivant comme l’enfant d’un d√©mon ou m√™me de Dieu. L’histoire le d√©crit comme un guerrier de deux m√®tres de haut et invincible qui a fait quelque chose d’inimaginable √† chaque bataille. La mort h√©ro√Įque d’un samoura√Į apr√®s qu’il soit rest√©, m√™me mort, debout sur les blessures et les fl√®ches a √©t√© historiquement appel√©e la mort debout de Banke.

Benkei-Samourai-Japonais-Connu

  • Hattori Hanzo (1542 – 1596) est le ninja le plus c√©l√®bre. Il a ressenti le go√Ľt de la victoire pour la premi√®re fois √† l’√Ęge de 16 ans, et ses ennemis avaient peur de lui car ils croyaient qu’il pouvait dispara√ģtre, pr√©voir l’avenir et influencer le psychisme de ses ennemis. Dans sa vieillesse, il est devenu moine.

Hattori HanzŇć

  • Toyotomi Hideyoshi (1536 – 1598) est pass√© de simple paysan √† la deuxi√®me grande unification du Japon. Il a exig√© d’interdire le port d’armes aux personnes pacifiques, a construit de nombreux temples et a activement combattu le christianisme.

Toyotomi Hideyoshi

  • Oda Noonaga (1534 – 1582) changea l’art de la guerre en introduisant l’utilisation des armes √† feu et des longues pointes, et modifia le syst√®me de classes des guerriers pour qu’il soit bas√© uniquement sur la capacit√©.

Oda Nobunaga

  • Miyamoto Musashi (1584-1685) est consid√©r√© comme le plus grand sabreur de l’histoire du Japon. Il a fond√© sa propre technique de combat √† deux √©p√©es et a √©galement √©crit de nombreux livres sur la philosophie de la guerre, la strat√©gie et la tactique. De toute sa vie, il n’a jamais √©t√© vaincu dans un combat.

Samourai-Japonais-Miyamoto-Musashi